23 septembre 2011

Fantasme très attachant (1ère partie)

fantasmeattach1.jpg

Fantasme très attachant

Première partie.

 

Ēlise s’était laissée convaincre.
Enfin ! S’était dit Bruno.
Cela lui avait coûté pas mal d’énergie et une promesse d’être au service d’Ēlise pendant quelques semaines. 
Cela signifiait qu’il devrait faire la vaisselle, en petite tenue qui plus est, pendant que sa douce le dévorait des yeux.
Ce  n’était pas le problème d’être le centre d’intérêt, mais la corvée vaisselle devait être faite d’abord… 

Bruno s’était préparé moralement et physiquement à assouvir un petit fantasme dont il n’osait parler ouvertement mais qui lui tenait à cœur. 
Le vendredi soir était généralement destiné à la décompression après une semaine de travail.
C’était ce jour-là que Bruno avait choisi.
Exactement.
Pourquoi, il n’en savait rien mais sentait que cette nuit devrait leur plaire à tous deux.

Ēlise était d’humeur taquine ces derniers jours et son appétit sexuel était assez aiguisé.  Voilà pourquoi il s’était lancé dans l’inconnu en réservant cette chambre.
Chambre ?
Il réfléchit à sa définition du mot.
Pièce où l’on se couche, pièce où l’on se retrouve généralement pour faire l’amour ".
Celle-ci était tout à fait particulière.
Ēlise et lui-même la découvriraient ce soir. 

Bruno se prépara.
Une douche vivifiante effaça les stigmates de fatigue nerveuse de la journée.
Une touche d’eau de toilette épicée, un joli boxer en Lycra grenat, nouvelle acquisition, et le tour était joué.
Volontairement il ne se rasa pas.
Il se sentait désirable et était assoiffé d'Ēlise rien qu’en imaginant ce qui les attendait. 

Ēlise ne savait pas
à quoi elle devait s’attendre.
Sans doute Bruno allait-il l’emmener dans ce club libertin dont il lui avait déjà parlé auparavant.  Comme elle n’avait jamais relancé le sujet, elle pensait qu’il était tombé aux oubliettes.
Pour l’occasion, elle avait passé son temps de midi en quête de sous-vêtements affriolants.
Elle s’était laissée tenter par un body noir.
Nous étions en hiver et le noir allait trancher avec la couleur laiteuse de sa peau.  Il était déjà 20 heures vingt, elle entendait l’eau de la douche couler.  Bruno n’était pas encore prêt.  Ils avaient décidé de se préparer chacun de leur côté et de se rejoindre dans le salon pour l’apéritif.
Au signal vocal de Bruno, Ēlise se faufila dans la salle d’eau.
Elle prit une douche rapide. Elle se frictionna d’un lait pour le corps assorti à son eau de toilette.
Le body choisi était très échancré et elle dut s’épiler le sexe presque complètement, ne laissant qu’une toute fine bande de pilosité.
La matière soyeuse du tissu mettait en valeur sa fine taille, le dessus du vêtement laissait deviner les aréoles brun clair de sa poitrine assez menue.
Elle décida de porter des bas auto-portants de couleur noire également ornés de dentelle.
Elle enfila une robe moulante et une paire de chaussures noires vernies à très hauts talons.  Les escarpins étaient maintenus par une lanière enserrant chaque cheville. 
Il était rare qu’elle ose porter ce genre de chaussures, mais finalement l’occasion se présentait. 
Elle voulait se sentir féminine et désirable.  

Ils se retrouvèrent tous deux dans le salon, un verre de bourgogne à la main.
" Ā nous "
" Oui, à nous et à cette chaude nuit ".

Ā suivre.

 © Dentelle

 

14:02 Écrit par Dentelle dans Textes érotiques pour adultes

Les commentaires sont fermés.