03 octobre 2011

Histoire d'emboîtement

Histoire d’emboîtement.

Nauti s’était effondré sur le canapé juste après avoir craqué une allumette dans la cheminée.
La journée avait été éreintante et il n’aspirait qu’à se retrouver dans son lit douillet.
Trop tôt pensa-t-il, et puis il avait encore un tas de choses à faire, du courrier à trier, un tas d’e-mails en attente de réponse.

Il ferma les yeux,
Juste une seconde.

Les flammes crépitaient de joie, offrant un superbe ballet teinté de couleurs ocrées.
Le craquement du bois mourant répandait une douce chaleur dans le salon.

Nauti ouvrit les yeux, se demandant s’il s’était assoupi ou non.
Il entendit un bruit de clé dans la serrure, la porte poussa son petit cri habituel, rassurant.
La pénombre régnait dans la pièce et à contre-jour il distingua Sa silhouette.
Un sourire dans les yeux, Nauti voulut parler, mais aucun son ne franchit le seuil de ses lèvres.
Il voulait l’appeler, l’inviter à venir s’étendre le long de son corps, mais le silence ne lâcha pas prise.
Nauti avait le visage éclairé par la flambée et une odeur typique de bois brûlé flottait dans l’air.
Il entendait des pas, des allées et venues dans la maison.
Elle était là.
Enfin.
Nauti voulut la rejoindre, enlacer son corps, relever ses cheveux pour déposer un long baiser sur sa nuque quand elle serait occupée à la cuisine, mais aucun mouvement ne répondit à son cerveau.
Il trouvait ça étrange mais resta tout de même allongé, crispé par son envie d’Elle.
Une douce musique répandit ses gammes,
Du violon.
Nauti n’appréciait pas particulièrement cet instrument mais la mélodie semblait prendre vie autour de lui.
Il écouta plus attentivement.
Il était sûr, il n’avait jamais entendu ce morceau.
Probablement une surprise, un nouvel achat qu’elle voulait lui faire découvrir.
Il aimait.

Il resta étendu,
En attente.
Il l’imaginait, leur servant un verre.
Elle s’approchait tandis que le feu couvait en lui.
De désir,
De découverte.

Il sentit une main se glisser dans ses cheveux.
Des lèvres approchaient des siennes.
Un souffle chaud s’échancra sur sa bouche…

Nauti sursauta, cherchant désespérément cette bouche tant espérée !
Il venait de se réveiller !
La pièce était vide.

Il s’était assoupi avec la chaleur du feu.
Il était seul.
Une boîte sur les genoux,
ouverte.
Il regarda à l’intérieur.
Il en tira un petit bristol grenat plié en deux.
" Je n’ai pu m’empêcher, j’ai dévoré tous les chocolats ".

Nauti sourit.
Il referma le couvercle et déposa la boîte sur la table,
Cette précieuse boîte aux désirs.

Rêve ou réalité ?

© Dentelle

11:04 Écrit par Dentelle dans Boîtes à...

Les commentaires sont fermés.