11 octobre 2011

Joie hivernale

joiehivernale.jpg

Il faisait assez frisquet dans cette brume matinale et rien qu’en touchant la poignée métallique du garage, une ondée de frissons m’avait perturbée.
J’ai ouvert la portière de la voiture, enfourné la clé dans le barillet de contact et tourné.
Le démarreur a bien fait son job, me sortant le bruit habituel, puis…. Rien.
Fichue batterie ! Ai-je de suite pensé.
Pourtant l’entretien pré-hivernal venait d’être fait, et le garagiste m’avait confirmé que tout était fin prêt.
Pfff quand on est une femme, qu’est-ce qu’on peut nous sortir comme âneries !
Il ne me restait plus qu’à appeler " SOS dépannage ".

La journée a passé et la nuit presque tombée quand le dépanneur de service est enfin arrivé avec une batterie de rechange.
Vous pensez bien… un dimanche, on prend son temps.

Ouverture du capot.
Pour l’aider, je devais maintenir la torche allumée au-dessus du moteur.
Je voulais aussi bien l’observer pour pouvoir réitérer les mêmes gestes au cas où…

Plus je le regardais plonger dans l’abîme du moteur, et plus je le trouvais compétent et…… sexy.
Je me mettais à imaginer ses mains légèrement crasseuses découvrant mon corps dans ce froid.
Je commençais à avoir chaud, mais prise dans mes fantasmes, cet homme me ramenait chaque fois à la réalité :
" Maintenez bien la torche au-dessus Madame ! ".
" Euh… oui oui, bien sûr. "
Et au bout de quelques dizaines de secondes, je repartais dans mon voyage au pays du dépanneur.
Une dizaine de minutes plus tard, Monsieur avait accompli la réparation.
" Déjà ! " ne pus-je m’empêcher de dire.
" Grimpez dans la voiture et mettez le contact s’il vous plaît "
Si ça me plaît, si ça me plaît…. Il y a bien autre chose qui me plairait, pensais-je !
Un coup de clé.
Et la voiture a démarré.
" Voilà M’dame, tout devrait être en ordre maintenant ".
" Merci beaucoup Monsieur. " rétorquai-je.
Il a filé aussi vite qu’il était arrivé, me laissant là dans le froid avec une douce chaleur dans la tête et le corps.
C’est dingue comme on peut parfois se faire des films, car je suis sûre que si je le revoyais dans d’autres circonstances, je trouverais ce Monsieur aussi banal que mon voisin (quoique je n’ai pas de voisin banal ).

Lundi matin, ouverture de la porte du garage toujours aussi froide.
Un coup de clé et…
RIEN !

Cela m’a fait sourire.
Jaune je l’avoue.
J’ai retéléphoné à Monsieur le dépanneur.
" Elle ne démarre pas…. ! "
Voilà, je l’attends avec une douce chaleur au corps !

© Dentelle

11:56 Écrit par Dentelle dans Ecriture

Les commentaires sont fermés.