11 octobre 2011

Le destin de Lise

destindeLise.jpg

Lise voyait son reflet s’envoler dans l’eau, les gouttes de pluie s’acharnant à troubler son image.
Elle était assise sur le bord de la fontaine, tentant de se reposer quelques instants.
Elle affectionnait cet endroit où la quiétude contrastait avec le bruit de la circulation.
Lise regardait les rides de ses yeux s’effacer peu à peu.
Elle se souriait.
Petit à petit les cercles s’agrandissaient, ne laissant plus de place pour son visage.
Il faisait gris et le ciel était très menaçant, comme s’il devait évacuer sa colère.

Lise pressa le pas pour rentrer.
Sa maison n’était qu’à quelques rues de là.
Elle tourna la clé dans la serrure. Magda s’empressa de fêter son retour.
Une caresse plus tard, la chienne se recoucha sur le tapis.

Lise alluma le séjour et se débarrassa enfin de ses vêtements humides.
Elle fila sous la douche et laissa couler l’eau chaude longtemps sur son corps.
Elle se sentait revivre sous la mousse qui la recouvrait.
Une délicieuse odeur s’étalait sur elle au fur et à mesure des passages de l’éponge.
Elle se rinça longuement et finit par sortir de la vapeur à regrets.
Elle se réfugia dans un peignoir satiné et frissonna légèrement.

Le miroir lui renvoya son image.
Malgré son âge, elle se trouvait encore attirante.
Ses yeux débordaient de bonne humeur, cependant une certaine nostalgie du passé lui
étreignait le cœur.
Elle aurait tant voulu qu’Il soit là, sur le lit, en train d’attendre qu’elle soit fraîche.
Mais le destin en avait décidé autrement.
Elle se rappelait combien il était bon de se réfugier dans ses bras pour se réchauffer, pour y puiser
une nouvelle énergie.
Elle regagna le salon.
Elle s’étendit sur le sofa, saisit la télécommande pour regarder, comme à son habitude, une émission sans réellement la voir.
Une tristesse l’envahit encore, débordant de son cœur meurtri par l’amour.
Mais pourquoi l’amour fait-il toujours mal ?

La sonnette retentit, Magda aboya, cherchant à chasser l’intrus.
Lise n’avait pas envie d’ouvrir, elle n’attendait et ne voulait voir personne.
Le deuxième coup de sonnette se fit plus insistant et Lise finit par aller ouvrir.

" Bonsoir, je suis votre nouveau voisin et je vous ai vue rentrer, je voulais juste me présenter puisque nous allons être amenés à nous revoir souvent ".

Lise sourit.
Pour de vrai.

Un sourire chaleureux, plein de promesses….

© Dentelle 

11:59 Écrit par Dentelle dans Ecriture, Humeur

Les commentaires sont fermés.