11 octobre 2011

Boîte à méandres

boîteàméandres.jpg

De guerre lasse Cyril raccrocha.
Encore un rendez-vous annulé ! Il commençait à se poser des questions sur sa relation avec Cécile.
C’était la troisième fois qu’elle décommandait une rencontre. Ils avaient pourtant l’air sur la même longueur d’ondes. Eh bien il s’était encore trompé.
Evidemment on ne peut obliger personne à avoir les mêmes sentiments, les mêmes ressentis vis-à-vis de l’autre.
Cyril marchait, au hasard , tout à ses pensées.

Il faisait encore très doux en cette fin d’octobre. La pluie avait déserté le ciel, laissant place à une légère humidité ambiante. Quelques passants s’attardaient devant une vitrine, montrant du doigt tel ou tel objet.
Cyril n’était jamais venu dans ce quartier, et finalement la réflexion l’avait amené à une marche conséquente d’au moins trois kilomètres. Il avait atterri dans une petite rue assez sombre malgré le ciel éclairci, dans laquelle on ne pouvait accéder qu’à pied.
Quelques boutiques se rangeaient côte à côte avec des devantures en bois déteint.
Un autre temps semblait s’écouler ici. Pas de stress de circulation, pas de cris de klaxons, pas de gens engoncés dans leur vitesse de marche à allure fantomatique.
Une boutique attira plus particulièrement son attention.
" L ‘ombre de soi-même ".
De lourdes tentures rouge sang cachaient une grande partie de l’étalage. Il distingua quelques jeux de cartes étalés dont les jokers avaient un air menaçant, quelques vieux bijoux en argent terni attendaient le cou ou la main de leur nouvelle propriétaire. Cyril fut attiré par un objet à demi caché sous un livre à la couverture écornée.
Il n’en distinguait pas les contours mais était cependant subjugué.
Cyril poussa la porte.
Une vieille cloche retentit, le faisant sursauter. On était loin des portes automatiques des grandes surfaces.
L’atmosphère poussiéreuse était étouffée par une odeur d’encens et un vieux monsieur vint vers lui pour lui tendre un sourire édenté.
Ils échangèrent les mots nécessaires, sans y ajouter un surplus de politesse.
Cyril sentait que ce Monsieur comprenait et ne voulait pas entamer une discussion commerciale.
Sans demander à Cyril ce qu’il désirait, l’homme se déplaça vers la vitrine et y saisit l’objet sous le livre.
" Voilà " dit-il.

Cyril avait peur. Il n’aurait pu dire de quoi ni pourquoi, mais l’objet en question l’effrayait tout en l’attirant.
" Merci " répondit-il en tendant la main.
Le vieil homme devança sa question sur le prix et d’une voix étrange lui dit :
" C’est gratuit pour vous "

Cyril enfourna l’objet dans son sac et sortit précipitamment de la boutique.
Il n’avait pu dire merci. Il était resté coi.

Au bout d’au moins dix minutes de marche, de retour dans une artère plus grande, Cyril s’installa à une terrasse extérieure chauffée. Quelques personnes attablées discutaient entre elles, sans un regard pour cet homme seul et d’humeur triste.
Cyril ouvrit le sac et en sortit une boîte en bois patiné par les années. Il s’attendait à cela sans vraiment savoir pourquoi.
D’abord il passa les doigts sur le couvercle sans oser l’ouvrir. Ensuite, il le souleva délicatement.
Une odeur suave s’en échappa, parfum de sensualité.
Des images furtives de corps enlacés coururent dans son esprit. Une étrange magie semblait opérer en Cyril.
Il se laissa glisser dans des rêves peuplés de volupté.
Quelques minutes passèrent et quand Cyril reprit ses esprits, il eût l’impression que des heures s’étaient écoulées.
Cyril avait envie de Cécile, pas uniquement physiquement. Elle lui manquait, beaucoup.
Il réfléchit à la manière dont il avait agi ces dernières semaines. C’est vrai qu’il l’accusait de reporter ses rendez-vous, mais l’appelait-il parfois pour lui dire un petit mot gentil ? Non.
Lui faisait-il parfois un cadeau ? Non.
Avait-il des gestes tendres à son égard en dehors de leurs ébats ? Non.
Mais quel genre de relation était-ce donc ?

Cyril referma la boîte d’un geste sec, et décida d’agir, de tenter de reconquérir Cécile. Il allait se battre.

L’Amour est souvent plus proche qu’on ne le pense.

Cyril sentit son torse se gonfler.
D’air pur,
De tendresse,
D’Amour.

Il téléphona à Cécile sur le champ, lui dit toutes les choses qu’il n’avait osé dire " avant ".
Elle accepta un nouveau rendez-vous, assez prometteur.

Cyril avait envie d’aller dire merci au vieil homme pour la boîte magique.
Il refit le dédale de rues, pour déboucher dans la bonne petite ruelle.
Il chercha,
En vain.
La boutique avait disparu.
Il devait se tromper, c’était impossible.
Il chercha encore et encore,
Mais rien.
Il ne comprenait pas. L’heure d’aller retrouver Cécile avait sonné. Il devait se résoudre à quitter le quartier… et puis cela avait-il de l’importance ?

Cyril marcha,
Glissa,
Vola vers sa Belle.

N’y a-t-il pas une boîte à magie pour chacun de nous quelque part ?

© Dentelle

12:07 Écrit par Dentelle dans Boîtes à...

03 octobre 2011

Boîte à recettes - Coeur en tranches

coeurentranches.jpg

Cœur en tranches.
D’abord trouvez un cœur bien tendre.
Tâche aisée vu leur nombre sur le marché.

Bardez-le d’une fine couche de compliments.
Ne pas en faire trop, juste la bonne dose.

Saupoudrez-le d’une pincée d’amour simulé.

Rajoutez-en un peu pour le goût.

Faites-le cuire un petit moment.
Laissez mijoter sans donner de nouvelles.

Et pour finir, dès qu’il est à point,
Découpez-le en tranches.

Recette facile non ?

 

 

©Dentelle

11:11 Écrit par Dentelle dans Boîtes à...

Boîte à humeur

boîte à humeur.jpg

Pratiquement une semaine.
 

Lui :

- " Tu ne m’es pas insensible, d’ailleurs j’attendais avec impatience de tes nouvelles ".
 

Elle :

-" Tu sais je ne vais pas m’envoler, et puis je ne suis pas un oiseau et encore moins un papillon, donc dès que possible, je suis là ".
 

Lui :

-"J’aimerais ouvrir une boîte ! "
 

Elle :

-" Une boîte pour nous deux ? "
 

Lui :

-" Oui, une boîte aux désirs, aux envies, aux fantasmes,… "
 

Tout s’est fait naturellement, sans questions inutiles.
Un jour, deux jours pour remplir la boîte à désirs : un texte, une photo, un sourire….
Et puis le vide.
Rien.
Néant.
Nada.
L’initiateur a fermé la boîte imaginaire sur les doigts de l’autre, sans prévenir et sans explication.
 

Etrange cette façon qu’ont les gens d’ouvrir des boîtes et de les refermer si violemment.

Alors maintenant quand quelqu’un vous propose une telle boîte…. Méfiance !

©Dentelle

11:09 Écrit par Dentelle dans Boîtes à...

Histoire d'emboîtement

Histoire d’emboîtement.

Nauti s’était effondré sur le canapé juste après avoir craqué une allumette dans la cheminée.
La journée avait été éreintante et il n’aspirait qu’à se retrouver dans son lit douillet.
Trop tôt pensa-t-il, et puis il avait encore un tas de choses à faire, du courrier à trier, un tas d’e-mails en attente de réponse.

Il ferma les yeux,
Juste une seconde.

Les flammes crépitaient de joie, offrant un superbe ballet teinté de couleurs ocrées.
Le craquement du bois mourant répandait une douce chaleur dans le salon.

Nauti ouvrit les yeux, se demandant s’il s’était assoupi ou non.
Il entendit un bruit de clé dans la serrure, la porte poussa son petit cri habituel, rassurant.
La pénombre régnait dans la pièce et à contre-jour il distingua Sa silhouette.
Un sourire dans les yeux, Nauti voulut parler, mais aucun son ne franchit le seuil de ses lèvres.
Il voulait l’appeler, l’inviter à venir s’étendre le long de son corps, mais le silence ne lâcha pas prise.
Nauti avait le visage éclairé par la flambée et une odeur typique de bois brûlé flottait dans l’air.
Il entendait des pas, des allées et venues dans la maison.
Elle était là.
Enfin.
Nauti voulut la rejoindre, enlacer son corps, relever ses cheveux pour déposer un long baiser sur sa nuque quand elle serait occupée à la cuisine, mais aucun mouvement ne répondit à son cerveau.
Il trouvait ça étrange mais resta tout de même allongé, crispé par son envie d’Elle.
Une douce musique répandit ses gammes,
Du violon.
Nauti n’appréciait pas particulièrement cet instrument mais la mélodie semblait prendre vie autour de lui.
Il écouta plus attentivement.
Il était sûr, il n’avait jamais entendu ce morceau.
Probablement une surprise, un nouvel achat qu’elle voulait lui faire découvrir.
Il aimait.

Il resta étendu,
En attente.
Il l’imaginait, leur servant un verre.
Elle s’approchait tandis que le feu couvait en lui.
De désir,
De découverte.

Il sentit une main se glisser dans ses cheveux.
Des lèvres approchaient des siennes.
Un souffle chaud s’échancra sur sa bouche…

Nauti sursauta, cherchant désespérément cette bouche tant espérée !
Il venait de se réveiller !
La pièce était vide.

Il s’était assoupi avec la chaleur du feu.
Il était seul.
Une boîte sur les genoux,
ouverte.
Il regarda à l’intérieur.
Il en tira un petit bristol grenat plié en deux.
" Je n’ai pu m’empêcher, j’ai dévoré tous les chocolats ".

Nauti sourit.
Il referma le couvercle et déposa la boîte sur la table,
Cette précieuse boîte aux désirs.

Rêve ou réalité ?

© Dentelle

11:04 Écrit par Dentelle dans Boîtes à...